Capsule #2 | Un certain 14 février

Ce que je vais vous raconter aujourd’hui s’est réellement passé à Sainte-Marie, un 14 février. Le 14 février 1776 pour être exact. Il y a donc 243 ans.

La population est en liesse. Tout le monde se retrouve autour du manoir seigneurial. C’est la fête. Il y en a même qui sont venus d’aussi loin que Saint-Joseph, Saint-François et Pointe-Lévy. Que se passe-t-il donc? Tenez-vous bien, on tient un encan au manoir seigneurial! Tous les biens du Seigneur Taschereau sont vendus au plus offrant par un certain Mr Mack, lui-même mandaté par le Colonel Benedict Arnold en personne. Mr Mack et son interprète, Mr Robertson, peuvent compter sur la collaboration d’Étienne Barbeau, à la fois meunier et fermier du Seigneur Taschereau.

Une vache et son veau adjugés à Michel Pomerleau pour 24 livres et 10 sols. Deux jeunes moutons à François Parent pour 10 livres, 4 sols. Un bélier à Jos Gagnon, un autre à Jacques Parent, une moutonne à Fabien Marcoux un cochon à François Quirion, dix minots d’avoine à Claude Patry, dix minots de blé à Pierre Thibodeau, un poêle de fer, un lit de plume, une paillasse, deux draps, une courtepointe, deux pioches, cent livres de lard et ainsi de suite pour finir par une paire de bœufs donnés aux Abénakis. Venez, faut fêter ça!

Pour comprendre ce qui s’est véritablement passé ce jour-là, il faut savoir que les soldats de l’armée révolutionnaire américaine étaient passés en novembre précédent par Sainte-Marie, sur leur route de Boston à Québec, en empruntant les rivières Kennebec et Chaudière. Le 8 novembre, Arnold avait installé son quartier général dans le manoir seigneurial de Sainte-Marie ; ses troupes avaient couché dans l’église et chez les habitants.  Ils avaient acheté des provisions à la population en payant comptant. Ils avaient invité les Beaucerons à les joindre dans leur projet de formation d’un nouveau pays où ils seraient « libres et heureux ».  Marie-Geneviève Boulanger dit Lefebvre, femme d’Étienne Parent, qui parlait couramment l’anglais, avait servi d’interprète. Elle avait aussi été interdite d’entrer dans l’église pendant au moins trois mois pour avoir « excité des querelles et même frappé une femme après la messe ».

En ce jour du 14 février 1776, Montréal est occupé par l’armée révolutionnaire américaine, Québec est assiégée. Si les premiers bateaux à arriver au printemps proviennent de Boston, la ville tombera aux mains des rebelles, c’est certain. À Sainte-Marie, on se débarrasserait enfin de Gabriel-Elzéar Taschereau, ce jeune Seigneur de 30 ans qui est maintenant officier dans l’armée anglaise et qui « porte un peu trop haut » au goût des Mariverains et Mariveraines. « Il ne peut pas vraiment se souvenir de tous nos pères, frères, oncles et cousins qui sont morts en combattant les Anglais sur les plaines d’Abraham, quinze ans auparavant, et prendre parti pour le gouverneur Anglais Carleton maintenant ». C’est vrai que Carleton a assisté en personne à son mariage avec la belle Marie-Louise Élizabeth Bazin il y a deux ans. Ça crée des liens…

Pour finir l’histoire, les Américains ont dû rentrer chez eux au printemps 1776, les renforts britanniques étant arrivés les premiers. Le 4 juillet de la même année, les Américains déclaraient leur indépendance. Benedict Arnold, est considéré comme un traître aux États-Unis parce que peu de temps après sa marche sur Québec, il a pris parti pour l’Angleterre, reniant les 13 colonies fondatrices du nouveau pays.

Pendant que Gabriel-Elzéar Taschereau ruminait sa vengeance, il était grassement compensé et récompensé par le Gouverneur Carleton ; compensé pour les pertes encourues, récompensé pour sa fidélité.

Par Raymond Beaudet

Commentaires 6

  1. Je félicite l’auteur, hélas anonyme, pour cet article fort bien rédigé et très intéressant. Comment trouver la première capsule ?

    1. Auteur
      de
      l'article
      1. J’ai découvert tout récemment que je suis un descendant de sept (7) générations de cet Étienne Parent, arpenteur royal sous le régime français et ex-arpenteur sous Gabriel Elzear Taschereau et les anglais. Un fils Jacques-Louis Parent né à Saint-Joseph de Beauce, veuf de Louise Geneviève, fille de Louis Marcoux (capsule # 3 ) qui s’est remarié à Sainte-Marie en 1776 avec Brigitte Nadeau en deuxième noces, ont quitté la Beauce pour s’établir à St-Fabien de Rimouski, ce Jacques-Louis Parent était le grand-père de mon arrière arrière grand-mère Marcelline Parent, épouse de Charles Morin.

  2. 14 personnes de Ste-Marie ont été déclarées mauvais sujets suite à ces événements, dont Jean Bilodeau père et Jean Bilodeau fils pour avoir déclaré que le roi anglais aille lui-même devant les canons de Benedict Harnold , Jean Bilodeau est l’ancètre de la majorité des Bilodeau de Ste-Marie.

    1. Auteur
      de
      l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *